Voilà, il y a trois mois, mon petit monde s'effondrait sur lui-même.

Depuis des semaines, MonsieurCaillou ne croyait plus en nous, ou plutôt, afin de relancer notre histoire, il n'a pas trouvé mieux que de se réfugier après d'une collègue. Pendant des semaines, il m'a menti, il a rompu notre "pacte" d'amour, il m'a trahie.Surtout, à aucun moment (aucun moment), il n'a jugé bon de me parler de ses doutes, de ses questionnements, de ses envies.

Il y a trois mois, je l'ai dont jeté hors de notre appartement, notre foyer. Il a disparu dans la nature, me laissant seule, avec mes pansements sur le ventre (j'étais sortie de l'hôpital trois jours avant), sans emploi (puisque nous nous étions mis d'accord quelques semaines avant que le licenciement était la meilleure des solutions en attendant sa mutation), sans véritable explication de sa part (il a mis des semaines à parler, et à se contredire).

En août, j'ai trouvé refuge auprès de ma famille et de mes amis, pour me reposer, pour me remettre de ce choc. Surtout, il était hors de question pour moi de m'effondrer. Mon petit monde s'est effondré, mais pas moi. Je ne pouvais pas me faire ça.

Qui vit à Paris sait la difficulté de trouver un logement lorsque l'on est sans emploi. En septembre, j'ai relevé le défi, non sans mal. Depuis 15 jours, je suis chez moi. Et je passe des entretiens. Normalement, si de bonnes choses se confirment, je devrais même retourner travailler dès novembre. J'avance, je prends soin de moi et de ceux que j'aime.

Ce blog n'a plus lieu d'être maintenant, il n'y a plus de pma dans ma vie. Toutefois, je vais le laisser en ligne, témoignage d'un chapitre de vie. Un témoignage qui pourra peut-être servir. Je vous souhaite tout le meilleur.